Aqua Africa

Aqua Africa

Pour la petite histoire

Pour la petite histoire….

 

Tout commença en 1992 quand Brigitte décida de parrainer des petites jumelles au Burkina Faso. En 1999, suite à un pari fait avec son fils, ils partent tous les deux « à l’aventure »… Ce voyage est une révélation pour Brigitte qui ne rêve que d’une chose: y retourner. En 2005, l’occasion se présente et elle saute dans le premier avion avec un groupe d’une association française active au Faso. Durant ce voyage, elle rencontre des burkinabés qui souhaitent créer des choses. De retour en France et avec l’aide d’Isabelle, Sandra et Valérie, Brigitte se met au travail et c’est en septembre 2006 qu’Aqua Africa voit le jour avec comme objectif prioritaire l’accès à l’eau.

 

Sous l’impulsion de Brigitte toujours motivée, l’association travaille sans relache pour collecter des fonds: vides-greniers avec des objets récupérés ça et là, vente d’artisanat en provenance direct du Burkina, dons,… Le travail est dur mais il en vaut la peine et c’est en 2007 que le premier projet prend forme par la création d’un puits dans une cour du village de Nioukouka. Fort de ce résultat, c’est encore plus motivés que les membres de l’association continuent leur recherche de fonds et quelques mois après le premier puits, Aqua Africa se lance dans la réfection du puits de l’école de Bokin, existant mais complètement ensablé. Ce puits permettra à l’école de faire un jardin pédagogique afin de fournir des légumes pour la cantine.

 

L’accès à l’eau est une priorité dans ce pays sec mais bien vite l’association prend conscience qu’il faut apporter un outil de travail aux burkinabé et c’est ainsi que la décision de développer l’agriculture est prise et début 2008, un poulailler est créer à Sabba, dans la périphérie de Ouagadougou. Après quelques mois celui-ci est opérationnel et permet à 3 personnes, 3 familles d’en tirer un revenu. Saaba est une commune rurale en pleine expansion et le quartier dans lequel nous avons pu obtenir un petit terrain pour construire le poulailler ne dispose que d’un barrage quasi asséché en période sèche où viennent puiser familles, animaux,… un vrai « nid de maladie ». Le nouveau projet sera donc la réalisation d’un forage et « chose dite, chose faite », le 29 mars 2009, l’eau coule à flot à Saaba.

Dès 2010-2011, un groupe de femmes de Saaba commencent à nous parler de leur souhait d'avoir une école maternelle dans leur quartier. Elles ont conscience de l'importance de l'éducation, elles même n'ayant pas eu la chance d'aller à l'école. Les objectifs de l'école maternelle sont en priorité d'offrir un encadrement aux enfants n'étant pas encore en âge scolaire et de leur enseigner la langue française (langue officielle au Burkina Faso mais pas ou très peu connue et utilisée à Saaba) afin de faciliter leur entrée en primaire.  Ce projet n'entrant pas réellement dans les objectifs premiers de l'association, ce projet se concrétise au départ en parallèle de l'association sur une initiative personnelle de Brigitte et sa fille. Et en septembre 2011, la petite école materelle Bricematho ouvre ses portes et accueille 30 enfants de 3 à 5 ans dans deux classes. Très vite ce petit projet au départ individuel  prend de l'ampleur et dès la rentrée 2012, une nouvelle classe doit être construite en urgence pour accueillir les 70 enfants inscrits. Après accord de l'assemblée générale de l'association Aqua Africa, le projet de l'école Bricematho est intégrée dans les objectifs de l'association. En 2013, 130 élèves font leur entrée dans l'école qui compte a ce moment là 3 classes en dur et une sous un préau et l'espace comment à manquer. L'association fait alors l'acquisition d'un terrain situé en face de l'école et la construction de la nouvelle école commence pour se terminer en septembre 2015, juste à temps pour y accueillir les 200 enfants inscrits.

 

En parallèle à l'école l'association n'oublie pas son objectif premier qui est l'accès à l'eau et en février 2011 un nouveau forage est construit à Tengporé, non loin de Nioukouka. Suivi en mars 2012 par celui de Manga, village situé au Sud du Burkina Faso. 

 

Le suivi de l'école demande beaucoup de temps et d'énergie mais c'est un travail enrichissant et Brigitte y consacre son énergie, passant environ 6 mois par an auprès des enfants. Le temps et les moyens financiers devenant de plus en plus difficile à trouver et les déplacements devenant moins sûres dans certaines zones du pays, l'association décide alors de consacrer son énergie au développement de l'école et de ne plus financer la construction de forage. Un suivi régulier des forages existants continue néanmoins.

 

A la suite de plusieurs réunions de parents à l'école et à la demande de la population, une section d'alphabétisation dénommée "Les Amis de Marc" a vu le jour en septembre 2015 dans les anciens locaux de la maternelle inutilisés. 2 panneaux solaires ont été installé pour fournir l'éclairage nécessaire pour les cours du soir et 54 personnes sont réparties dans les deux classes de CP1 et CP2-CE1. Les cours ont lieu le matin de 8h30 à 10h30 et le soir de 18h30 à 20h30. Cette première année est un succès. Afin de pérenniser ce projet, la section d'alphabétisation déménage dès avril 2016 pour rejoindre la cour de l'école Bricematho. La construction de plusieurs classes et d'un muret de séparation entre l'alphabétisation et l'école maternelle est construit.  

 

En parallèle à tous ces projets, Aqua Africa a décidé d’aider individuellement des familles, des enfants. Les parrainages ont pour but de permettre à un enfant d’être scolarisé, d’avoir un avenir, à un bébé de survivre… mais il permet avant tout de créer un véritable lien d’entraide, d’amitié et de complicité entre 2 familles, 2 culture très différentes. A ce jour, 24 enfants sont parrainés et quelques parrains et marraines ont déjà eu la chance de rencontrer leur filleul et sa famille lors de voyage. Bien plus que de l’argent, il s’agit de moments de partage intense…

 

Depuis 2007, Aqua Africa a décidé de faire partager son travail à des personnes, membres ou non, en organisant des voyages. L’objectif n’est pas de « gagner de l’argent sur le dos des touristes », car l’association ne prend aucune commission, mais simplement de montrer ce qui a été réaliser, de faire découvrir ce merveilleux pays, de faire vivre des moments de rencontre et de partage loin des hôtels 4 étoiles. Même si ces voyages ont un objectif touristique que le groupe choisit de commun accord entre le désert du sahel, les cascades de Banfora ou la réserve des éléphants de Nazinga, ils ont aussi un but humanitaire. C’est ainsi qu’un petit groupe d’enseignant a passé du temps dans une école, des étudiants ont réalisé un projet sur la santé et l'hygiène...

 

 



22/11/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres